LES GRANDS CHAMPIONS : MAX EUWE

Publié le par Tullechecs


Machgielis Euwe, appelé Max Euwe, né le 20 mai 1901 à Amsterdam, Pays-Bas et mort le 26 novembre 1981 à Amsterdam, est un joueur d'échecs néerlandais. Il est le seul Néerlandais champion du monde d'échecs, bien qu'il fût amateur, au contraire des autres champions.

Il a beaucoup travaillé au service des échecs et il a été le président de la FIDE lors du match Spassky-Fischer. Il a également été un écrivain fécond, publiant d'innombrables manuels, parmi lesquels la Théorie des ouvertures est connue dans le monde entier, sans compter des monographies (Losbladige Schaakberichten).

Euwe avait quatre ans quand ses parents lui apprirent à jouer aux échecs. À partir de 1918, il étudia les mathématiques à Amsterdam, interrompant brièvement ses études pour pouvoir consacrer plus de temps aux échecs. À partir de 1919, il fut l'un des meilleurs joueurs des Pays-Bas.

En novembre 1923, il n'en obtint pas moins son doctorat en mathématiques cum laude, et il devint professeur de mathématiques. Après avoir été stagiaire, il fut pendant deux ans professeur de mathématiques à Rotterdam dans une école supérieure, puis professeur de mathématiques dans un lycée pour jeunes filles à Amsterdam. En 1926, il prépara de nouveau auprès de Luitzen Egbertus Jan Brouwer, une thèse soutenue cum laude, intitulée Variantes différentielles de deux champs vectoriels covariants à quatre variables. En 1929, il publia une dissertation en allemand sur la théorie du jeu des échecs considéré dans une perspective intuitionniste. Le titre en était Mengentheoretische Betrachtungen über das Schachspiel.

De 1921 à 1935, il fut sans interruption champion d'échecs des Pays-Bas, et remporta ce titre douze fois dans toute sa carrière, et travailla beaucoup dans son pays au service du jeu d'échecs. En 1928, à La Haye, il gagna pour la première fois le championnat du monde amateur. En 1930 et 1934, il remporta le tournoi d'échecs international d'Hastings.

En 1935, il disputa enfin le championnat du monde contre le tenant du titre, Alexandre Alekhine, et après 80 jours fut déclaré vainqueur le 15 décembre, sur le score de 15,5-14,5 (+9-8=13). La partie la plus célèbre de cette rencontre est la 26e, connue sous le nom de Perle de Zandvoort.

Le titre mondial d'Euwe suscita un grand enthousiasme pour les échecs aux Pays-Bas, où beaucoup de clubs furent fondés en 1935.

Euwe perdit son titre en 1937 dans le match revanche contre Alekhine. Certains spécialistes, après analyse des parties, sont arrivés à la conclusion paradoxale qu'en 1935, il était en fait moins fort qu'Alekhine, et jouait mieux en 1937, mais d'autres analystes comme les anciens champions du monde Vasily Smyslov, Anatoli Karpov ou Garry Kasparov divergent sur ce point. C'est la méforme d'Alekhine, alimentée entre autres par une consommation excessive d'alcool, qui lui aurait valu la défaite des mains d'Euwe en 1935. En 1938, il fut 4e du très fort tournoi AVRO. En 1939-1940, il fit match nul contre Keres dans un match organisé aux Pays-Bas.

Après la guerre, il participa encore au championnat du monde d'échecs 1948 (dernier avec 4 points / 20) et au Tournoi des candidats de Zurich 1953, mais ne termina que 14e et avant-dernier. Il fut deuxième du très fort tournoi de Groningue disputé en 1946.

Comme joueur d'échecs, Euwe était connu pour sa maîtrise des ouvertures. Il a écrit de nombreux ouvrages parmi lesquels une série sur les ouvertures, une série Leçons pratiques d'échecs et le livre Jugement et plan. Ces livres ont été abondamment traduits. Celui qui semble le plus populaire est peut-être Oncle Jan apprend à son neveu à jouer aux échecs : pour beaucoup, il a été la première initiation à ce jeu.

Il ne négligeait pas sa condition physique et était boxeur amateur. Après 1950, il s'est consacré davantage aux mathématiques et à l'informatique qui était en train de naître. En 1964, il devint professeur de faculté extraordinaire en méthodologie du traitement automatique d'informations à l'Institut supérieur néerlandais d'Économie à Rotterdam et professeur à l'Institut supérieur catholique à Tilburg.

Il fut président de la FIDE de 1970 jusqu'en 1980 et joua un rôle important lors de la réalisation du match Boris Spassky-Bobby Fischer pour le titre de champion du monde en 1972 à Reykjavík.

Euwe mourut à l'âge de 80 ans à Amsterdam. Il avait épousé Carolina Elisabeth Bergman. De ce mariage sont nées 3 filles dont Caroline Euwe, écrivain pour enfants.

En son honneur, le prix Euwe a été créé. Il est décerné tous les cinq ans à un joueur d'échecs méritant. En 2001 a paru un bloc de deux timbres à son effigie. En dehors des Pays-Bas, on a édité aussi des timbres à son effigie en Mongolie et en Yougoslavie. En 1982, à Amsterdam, a été créé le Centre Max Euwe. À Amsterdam, il a également donné son nom à la place Max Euwe où, le 7 mai 2004, sa statue a été dévoilée, œuvre de l'artiste José Fijnaut, et due à l'initiative de l'association des entrepreneurs de la place Max Euwe.

Publié dans LES GRANDS CHAMPIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article